6 Février 2018

Bienheureux !

C’est le début de cette page d’Evangile dont on parle souvent ici et qui fait partie des  » must » du nouveau testament tout de même !  Oui, bien heureux ont été déclarés ces hommes et ces femmes qui, à l’exemple du Christ, sont allés jusqu’au bout de leur engagements ! …Si le grain ne meurt, il ne portera pas de fruits…ces grains de blés librement offerts ont donné déjà,  espérance, confiance, tolérance, respect, dialogue…de beaux fruits dans nos relations avec nos frères de confession musulmane.

 

La déclaration officielle par le pape François était attendu et a été largement saluée et commentée, par exemple par le frère Jean-Jacques Pérennès ou par notre ami Jean-Paul Vesco dans un article de Marie-Lucile Kubacki de La Vie. Car cette reconnaissance officielle de  » martyres » n’est pas anodine et risque de raviver des tentions dans un climat où certains font des amalgames faciles entre les islamistes intégristes assassins et musulmans.

La communication sur cet évènement a dû être bien pesée pour qu’on n’arrive pas au résultat opposé à l’Esprit même de ceux qui sont rester fidèlement en Algérie. Laissons parler Mgr Vesco :

Le sens de ces béatifications, c’est la valeur du témoignage de chrétiens tués avec des musulmans, dans une épreuve qu’ils ont faite leur.

Puis en parlant du film  » des hommes et des dieux » que nous avons souvent mentionné ici où la question de « rester » est largement débattue parmi les moines, Jean-Paul Vesco rappelle la scène où Christian de Chergé évoque dans un texte qui sera un peu son testament, la personne qui , peut-être un jour, mettra fin à ses jours.

Christian de Chergé parle de celui qui, peut-être, lui prendra la vie, comme « l’ami de la dernière heure qui ne saura pas ce qu’il fait », avec lequel il espère bien « se retrouver un jour larrons heureux ensemble au paradis ».

A propos de ces béatifications, la question qui se pose est de savoir si le nouveau critère que le pape François a introduit récemment « d’ offrande libre et volontaire de vie » a été utilisé.

voici la réponse de Mgr Vesco  tirée de cet article :

C’est un nouveau cas d’ouverture, décidé cet été par le pape François, qui donne une nouvelle actualité à la notion de martyre, auparavant exclusivement comprise comme un assassinat « en haine de la foi ». Les réalités sont souvent complexes, et l’assassinat en haine de la foi suppose de s’interroger d’abord sur les motivations de celui qui tue, et non pas d’abord sur les dispositions de cœur de celui qui est tué. C’est tout de même une difficulté… Ce nouveau cas d’ouverture aurait pu sans doute être retenu de façon pertinente, mais la cause était engagée depuis des années déjà sur le fondement traditionnel du martyre en haine de la foi.

Bien heureuse, la femme qui,

En la circonstance  particulière de l’absence pour maladie du curé dans une campagne où sans doute il y un prêtre pour 16 clochers , la femme, simple paroissienne au service de ses frères qui a célébré pour l’assemblée attentive et recueillie, un messe sans prière eucharistique et donc sans communion, avec un charisme de célébrant…Allez lire les propos de Benoit Billot sur le site de La VIe qui médite sur cet évènement.

 

Publicités
Cet article a été publié dans 2018 02 fevrier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s