5 Octobre 2018

Une journée au synode

Voici le récit de Nathalie Bequart , c’est très similaire à ce que nous avons vécu il y a trois ans, on s’y revoit encore…Et elle aussi va passer son temps en interviews tantôt avec RCF, La croix, La Vie et même des médias étrangers..

De nouvelles idées se dessinent : Un ministère de l’écoute ( j’espère qu’il ne sera pas réservé aux femmes ! ). Des orientations sont proposées. Dans les débats apparaissent aussi les mêmes épouvantails que lors du synode la famille: On parle de consumérisme des pays occidentaux, mais n’est-ce pas tout simplement que dans certains pays la pauvreté ne permet pas cette consommation effrénée, car dans ces mêmes pays, ceux qui accèdent à une situation financière meilleure se mettent à consommer pour marquer leur nouvelle situation sociale. Les idées de  » décroissance », de « sobriété », de « recyclage voulu » viennent plutôt de pays riches et de personnes qui font ce choix éthique de vie…Dans beaucoup de pays du monde les population n’ont pas de  » choix ».

Il y a aussi le spectre du « gender » et du complot contre la famille…du dejà vu !

tableau d’Alice jacquet

la question de la sexualité sera souvent abordé, en particulier sous l’angle de la chasteté : les débats ont évoqué notamment la question de la chasteté avant le mariage. L’un des Pères synodaux a ainsi parlé des difficultés que pose cette exigence, qui peut « pousser les jeunes à se marier avant une maturation consciente du mariage, ou bien (qui peut être) la cause de l’éloignement du sacrement ou de l’Eglise, pour ceux qui n’arrivent pas à vivre une vie de couple sans relations intimes ».

Une autre préoccupation est celle de la Liturgie, il semblent que des interventions aient demandé de se pencher dessus : Les pères synodaux rappellent aussi l’importance de revitaliser la Messe, les prières quotidiennes, les sacrements, qui sont une manière d’attirer les jeunes et d’en faire des membres actifs de la vie de l’Église en favorisant leur implication. Dans les célébrations liturgiques, l’attention sera donc dirigée vers un usage plus prenant de la musique, mais aussi des catéchèses et des homélies : la mémorisation des prières et des formules ne suffit pas, une prédication joyeuse et inspirante est utile.

Bon, je ne sais pas si on parle tout a fait de la même chose, surtout lorsqu’on a lu le livre de Gabriel Ringlet, dont je vous rappelle qu’il vient présenter son livre  » la grâce des jours uniques », mardi 9 octobre à la procure à Lyon. Mais il faut voir.

La question de la place des femmes revient souvent, comme ici dans les propos de l’évêque du Panama : « Il y a encore beaucoup à faire pour donner un espace aux femmes dans la société. Nous devons agir aussi dans l’Église », a expliqué en conférence de presse Mgr Manuel Ochogavía Barahona, évêque de Colon (Panama) qui espère que « ce Synode ouvrira encore plus les portes sur ce thème »….Nous aussi…au fait le dernier numéro de  » Femme, Eglise et Monde » de Lucetta Scarrafia est justement sur « Humanae vitae «  il y a de la discutaille dans l’air !

Demain, commencent les réunions en  » petits cercles », les  » circulus minores »…on est vraiment en petit comité, environ 25 personnes assises dans une formation de chaises en carré ( d’où son nom : cercle !)

 

Publicités
Cet article a été publié dans 2018 10 octobre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s