13 juin 2019

Mon sport préféré

C’est presque une obligation au pays basque car on peut a peine traverser le jardin enseveli sous des hautes herbes de presque deux mètres. Disparus les petits murets, les escaliers qui grimpent la pente, les terrasses aménagées, les petites banquettes qui sont assises aux pieds des arbres…Attention de ne pas tomber dans la pente ou de ne pas décapiter un arbre qui pousse en dessous de cette forêt d’herbes folles…A remarquer qu’en cherchant une image de débroussaillage pour la mettre sur cette page, je n’ai trouvé que des débroussailleurs mâles, serait-il interdit aux femmes de s’éclater au débroussaillage!  Car pendant que je débroussaille de bon cœur, je pense …à l’Eglise et à tout ce qu’il faudrait débroussailler…Bon, vous allez dire qu’il faut d’abord que j’ôte la broussaille qui est dans mon œil ( heureusement je porte lunettes et casque à visière, comme sur la photo, mais sans les écouteurs !)

2 chaises longuesPour me reposer et parce que c’est une URGENCE, j’ai enfin commencé le livre de Christoph Théobald ( j’ai l’habitude de condenser en Christobald, cela me fait penser au tonton de  Brassens ). C’est une urgence en effet car il vient à Lyon le 30 janvier prochain et je pense qu’il va me falloir bien six mois pour tout comprendre et être capable de poser une question pas trop débile…Pour essayer de retenir quelque chose je prends des notes et je vais vous en faire profiter, même si ce n’est que quelques citations .

P 67: L’Eglise prend-elle au sérieux que le dernier concile Vatican II l’a décentrée vers son autre, non seulement en direction de la société,mais aussi en direction de l’Evangile et du Christ et qu’il l’a invité à ne plus faire de sa propre survie la principale valeur de son engagement.

P 70 : La nouveauté du concile Vatican II consiste a avoir établi la pastoralité de la doctrine elle-même. Celle-ci oblige l’Eglise a reconnaitre sa relationalité constitutive- la doctrine n’existant que dans la relation pastorale, toujours historiquement située, entre ceux qui annoncent l’Evangile et ceux qui le reçoivent, relation que la doctrine a pour rôle de réguler – et donc de soumettre sans cesse à une réinterprétation contextuelle.

P 70 : Le défi majeur…est d’établir la crédibilité de l’Evangile en sa theologalité ( Wikipdia ne sait pas ce que c’est ) au-delà du risque de sa folklorisation ou de son instrumentalisation , de sorte qu’il puisse devenir source d’une activité missionnaire ajustée à la figure actuelle de la société.

P 95 : Dans le discours d’ouverture du concile, la version italienne de texte…. n’affirme pas seulement la différence fondamentale entre le dépôt de la foi, pris comme un « tout »,…., et la forme historique qu’il prend à telle ou telle époque, elle insiste aussi, comme conséquence de cette conception, appelée  » herméneutique », de la foi, sur la fonction fondamentalement pastorale du magistère ecclésiale qui consiste à veiller sur la « recevabilité » ou la « crédibilité »de ce qu’il propose.

On en reste là pour ce soir…je ne veux pas vous dégouter, mais moi non plus je ne suis pas certaine de tout bien comprendre…

Beaucoup plus accessible , voici les actes de la journée à l’IPER à Lyon . Vous vous souvenez, le thème était  » L’Eglise, en un lieu incertain ». Ils sont sous forme de liens :

Le diaporama de Josselin Tricou, sociologue, qu’il a revu pour être communicable

Le lien vers une émission, envoyé par Arnaud Join-Lambert,

Bonne lecture-détente…et bonne nuit !

 

Cet article a été publié dans 2019 06 juin. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s