« continuité »

Prolongement par Continuité

En math, dans une discipline qui se nomme analyse, il y a un principe que je veux vous exposer, en terme simple rassurez-vous, et qui se nomme «  le prolongement par continuité ».

On considère une fonction qui est définie dans un cercle, mais dont on ne sait pas si elle existe à l’extérieur de ce cercle. On se déplace près de bord de ce cercle et on constate que cette fonction existe encore dans un cercle qui «  déborde » du précédent, agrandissant ainsi son domaine d’existence. Puis on va se placer près du bord du nouveau domaine, et on constate qu’on peut aller encore plus loin, en trouvant un nouveau cercle qui va encore étendre le domaine et ainsi permettre à la fonction d’exister de plus en plus loin .

figure de cercles qui se cheveauchent

Pourquoi vous ais-je fatigué les méninges de si bon matin ? Car c’est pour moi une image parlante du panorama de notre Eglise actuelle. Le pape François nous envoie «  aux périphéries », mais comment ceux qui sont dans le cercle initial peuvent-ils rencontrer ceux qui sont là-bas, très loin, aux confins.

Ils doivent déjà se décentrer et aller vers le bord de leur «  cercle », là ils vont rencontrer des personnes qui se trouvent «  à cheval » sur leur cercle et un cercle qui «  déborde »un peu ; Ensemble ils vont échanger, apprendre, s’apprivoiser, avancer dans la compréhension, faire circuler la parole. Puis les personnes du « second cercle «  vont également migrer vers le bord de leur cercle et là rencontrer des personnes du » troisième cercle ». Là s’effectue de nouveau, écoute, partage, apprivoisement, compréhension réciproque et la parole circule. Ainsi, en réitérant cercles après cercles et bien sûr dans les deux sens, la parole, la connaissance, l’apprivoisement, circulent des périphéries vers le centre et du centre vers les périphéries.

Il faut évidemment prendre cette image comme un constat de situation et non pas comme une hiérarchie de valeur (d’ailleurs dans l’Evangile, les premiers seront les derniers), c’est juste pour illustrer que chacun de nous doit bouger, mais que peut-être il aura besoin du relais d’un autre groupe qui sera comme une courroie de transmission (dans les deux sens, je le répète) et qu’il est vitale que ces groupes intermédiaires existent pour mettre de l’huile et faciliter le passage de la parole. Le but n’est pas que tout l’univers réintègre le cercle centrale, mais que la bonne nouvelle de l’Evangile soit annoncée partout et continue son travail de transformation dans tous les cœurs que l’on soit originaire initialement du centre ou des périphéries afin que progresse le royaume de Dieu.

J’aime également cette image car elle utilise le terme « continuité » si chère à notre Eglise Institution qui a sans doute une fibre mathématique approfondie puisqu’elle use du terme «herméneutique de la continuité » lorsqu’elle veut d’une part rassurer les plus conservateurs de ses membres qui ne veulent rien changer et d’autre part freiner un peu des progressistes pour que les changements nécessaires apparaissent comme déjà en germe dans l’exercice précédent.

 

Publicités