Roman chapitre II suite

 Alors ton bouquin !

avait lancé Laetitia dès la dernière bouchée avalée ( un yaourt de brebis fermier et un abricot bio)

Zut elle n’avait pas oublié ! Par quel bout commencer ? Je ne sais rien d’elle sur cette question, je ne veux pas la blesser et surtout, je ne voudrais pas qu’elle me prenne pour un …(il n’avait pas de mot qui lui venait, mais il se comprenait très bien )….

– Tu sais que je vais à l’aumônerie ? Oui.

– Tu sais donc que je suis catho ? Oui.

– Tu sais que les cathos ont un pape ? Oui et il s’appelle François.

– Et bien il a écrit (enfin pas lui tout seul) un livre sur la famille.

Une bulle ?

– Non, çà s’appelle une exhortation.

Et çà dit quoi sur la famille, qu’il faut se marier et avoir beaucoup d’enfants !

– Eh bien ! oui et non, je commence à peine le bouquin, mais c’est çà qui me plait : le pape lui-même reconnait : « Nous devons être humbles et réalistes, pour reconnaître que, parfois, notre manière de présenter les convictions chrétiennes, et la manière de traiter les personnes ont contribué à provoquer ce dont nous nous plaignons aujourd’hui » ( AL 36) et il continue en disant  « c’est pourquoi il nous faut faire une salutaire réaction d’autocritique ». Je ne sais pas si tu mesures la nature révolutionnaire de cette petite phrase.

Ok ! Pas mal, mais il faut tout de même faire beaucoup de petits chrétiens, c’est pas le seul but du mariage non ?

– C’est ce que certains pensent encore, or il écrit, toujours dans ce même paragraphe «  Nous avons souvent présenté le mariage de telle manière que sa fin unitive, l’appel à grandir dans l’amour et l’idéal de soutien mutuel ont été occultés par un accent quasi exclusif sur le devoir de procréation »

Je ne comprends pas tout ton charabia de curé, mais si çà veut dire qu’on peut aussi faire l’amour juste pour le plaisir d’être ensemble …ouais !

– oui, c’est un peu çà.

– Mais il faut être passé à l’Église avant !

– Théoriquement oui, mais j’ai l’impression que c’est plus nuancé que cela et il donne du mariage une idée plus …enfin plus sortable. Il reconnait que « Nous avons du mal à présenter le mariage davantage comme un parcours  dynamique de développement et d’épanouissement, que comme un poids à supporter toute sa vie. » ( AL 37) et « Nous avons présenté un idéal théologique du mariage trop abstrait, presqu’artificiellement construit, loin de la situation concrète et des possibilités effectives des familles réelles. Cette idéalisation excessive […] n’a pas rendu le mariage plus désirable et attractif, bien au contraire ! » ( AL 36)

Oui mais tout de même : hors du mariage,  point de salut !

– Encore une fois je vais te répondre oui et non, car le pape, manifestement, connait bien la situation de notre monde, on voit qu’il a vécu proche des couples et des familles. Écoute çà : «  Dans certains pays de nombreux jeunes sont souvent induit à repousser leur mariage pour des problèmes  économiques, de travail ou d’études. Parfois aussi pour d’autres raisons comme l’influence des idéologies qui dévaluent le mariage et la famille, l’expérience de l’échec d’autres couples qu’ils ne veulent pas risquer de vivre à leur tour, la peur de quelque chose qu’ils considèrent comme trop et trop sacré, les opportunités sociales et les avantages économique qui découle de la simple cohabitation, une conception purement émotionnelle et romantique de l’Amour, la peur de perdre leur liberté et leur autonomie, le refus de quelque chose qui est conçus comme institutionnel et bureaucratique »

– Ouahou ! Çà c’est du concret.

– Concrètement j’ai aussi hyper sommeil…alors au dodo !

Publicités